04
Décembre
2023
|
08:55
Europe/Amsterdam

La Hydrogen Factory de Toyota étend ses activités en Europe

Résumé

La Hydrogen Factory Europe aura pour mission de développer davantage l’activité hydrogène de Toyota et de stimuler le déploiement à plus grande échelle d’écosystèmes et d’une infrastructure hydrogène en Europe

L’hydrogène jouera un rôle clé dans la réalisation de l’objectif de Toyota consistant à atteindre la neutralité carbone en Europe d’ici 2040

Les modules de pile à combustible de Toyota sont adoptés dans de très diverses applications de mobilité, allant des véhicules à particuliers aux utilitaires légers et poids lourds en passant par les autocars et les bateaux

La technologie de pile à combustible nouvelle génération de Toyota, qui devrait être commercialisée en 2026, garantira des cycles de vie plus longs, une autonomie accrue pour les véhicules et des coûts nettement réduits

Toyota Motor Europe (TME) s’apprête à créer une entité locale, la Hydrogen Factory Europe, laquelle garantira une approche coordonnée de la commercialisation de la technologie et des modules hydrogène – et ce, en couvrant toutes les opérations depuis le développement et la production jusqu’à la vente et l’après-vente.

La Hydrogen Factory aura pour mission de produire un nombre croissant de modules de pile à combustible et de soutenir de plus en plus de partenariats commerciaux, dans la droite ligne de la stratégie de l’entreprise visant à atteindre la neutralité carbone en Europe d’ici 2040, soit dix ans plus tôt que l’objectif mondial de Toyota.

Toyota prévoit que l’Europe deviendra d’ici 2030 l’un des plus grands marchés de piles à combustible à hydrogène au monde, caractérisé par une multiplication constante des diverses applications de mobilité et de production d’énergie. La hausse du nombre d’investissements et de dispositions réglementaires favorise les travaux de développement ainsi que la croissance du marché. 45 milliards d’euros seront notamment investis d’ici 2027 dans le cadre du pacte vert de la Commission européenne, tandis que le Fonds européen d'infrastructures de transport a alloué 284 millions d’euros – soit environ un tiers de son budget – à l’installation de stations de ravitaillement en hydrogène.

Adoptée récemment, la directive sur les énergies renouvelables (REDIII) établit que d’ici 2030, au moins 42 % de l’hydrogène consommé par l’industrie en Europe proviendront de sources renouvelables. Prévoyant par ailleurs la construction de stations de ravitaillement en hydrogène tous les 200 km maximum, le long des axes principaux du RTE-T (réseau transeuropéen de transport), l’Europe se place aux avant-postes de la technologie hydrogène.

« L’Europe a durablement confiance en l’hydrogène, tout comme nous, a déclaré Thiebault Paquet, Vice-président de TME et Directeur de la division Fuel Cell Business. Nous allons poursuivre le développement de véhicules à particuliers et d’utilitaires légers à pile à combustible, tout en élargissant notre action dédiée au transport par poids lourds afin de soutenir l’extension d’une infrastructure hydrogène viable. Nous entendons continuer à progresser et à apprendre par le biais d’essais réalisés au sein de notre propre réseau et avec des partenaires partageant notre approche. »

Un éventail d’applications de mobilité toujours plus large

Toyota a lancé la Mirai, première berline à pile à combustible hydrogène produite en série, en 2015. La technologie de pile à combustible de deuxième génération a fait ses débuts sur la Mirai de nouvelle génération lancée en 2020, avant d’équiper cette année la nouvelle Toyota Crown commercialisée au Japon, réaffirmant ainsi l’engagement de l’entreprise en faveur des véhicules à particuliers alimentés à l’hydrogène.

Les véhicules à particuliers à pile à combustible offrent une autonomie élevée et une rapidité de ravitaillement. Aussi, Toyota élargit encore son champ d’action avec les utilitaires légers à pile à combustible. En atteste le premier pick-up Hilux à pile à combustible à hydrogène dévoilé cette année. Produit par un consortium dirigé par Toyota au Royaume-Uni, ce prototype montre comment une pile à combustible peut être installée sur un pick-up. La légèreté de l’hydrogène permet d’obtenir des capacités de charge utile et de remorquage plus importantes pour les FCEV légers par rapport à d’autres alternatives zéro émission.

Intégrant également sa technologie de pile à combustible à des applications de transport par poids lourds depuis plusieurs années maintenant, Toyota a aussi récemment pénétré le marché stratégique des camions en Europe, avec des poids lourds à hydrogène commercialisés par le constructeur français Hyliko et l’entreprise néerlandaise VDL Groep. Toyota utilisera par ailleurs des camions à hydrogène de VDL pour décarboner ses propres opérations logistiques. L’entreprise étend en outre son partenariat avec le Norvégien Corvus afin d’y inclure de futures applications marines telles que bateaux et navires. De plus, l’entreprise française d’écomobilité GCK va utiliser des modules de pile à combustible de Toyota pour convertir ses autocars diesel en véhicules à hydrogène.

Nouvelle génération

S’appuyant sur sa riche expérience, Toyota développe une technologie de pile à combustible hydrogène de nouvelle génération qui devrait offrir des performances de tout premier ordre grâce à des cycles de vie allongés et des coûts réduits. Cette nouvelle technologie, dont la commercialisation est prévue en 2026, se distinguera par une densité de puissance accrue. Le nouveau module de pile à combustible devrait augmenter l’autonomie de 20 %, tandis que des avancées techniques et la hausse des volumes de production devraient permettre d’abaisser les coûts de plus d’un tiers. D’autres travaux s’intéressent par ailleurs à la conception de piles à combustible évolutives avec différentes puissances, et de réservoirs de carburant de forme complexe, compatibles avec des véhicules de différents gabarits.