07
Mars
2012
|
18:00
Europe/Amsterdam

Toyota gt86

  • Une voiture de sport totalement dédiée au conducteur, pour restituer l’essence même du plaisir de pilotage
  • Un retour aux sources sportives de Toyota, avec un groupe motopropulseur unique au monde : moteur avant à pistons horizontaux opposés et propulsion arrière
  • Baptisée GT86 en Europe, en référence à l’héritage GT de Toyota et à la conduite jubilatoire de la Corolla Levin AE86
  • Le coupé sport 4 places le plus compact au monde, au centre de gravité ultra-bas et au rapport poids/puissance optimal (1.200 kg seulement)
  • L’association du 2 litres essence “boxer” Subaru à 4 cylindres à plat et de la technologie d’injection D-4S Toyota, renforçant la puissance et le couple
  • 200 ch DIN et 205 Nm de couple pour l’accélération, 220 km/h en pointe (sur circuit), 6,9 l/100 km estimés et 160 g/km CO2 environ
  • Un design placé sous le signe du “Néo-fonctionnalisme”, fusion d’un aérodynamisme très étudié et de lignes évoquant les sportives Toyota du passé
  • Commercialisation prévue à l’été 2012 en Europe

Attendu avec impatience, le coupé sport 2+2 Toyota GT86 effectue au Salon de Genève 2012 son entrée sur la scène européenne, où il sera commercialisé dès l'été prochain. Résolument axé sur le conducteur, il cristallise l'essence même du plaisir de pilotage par des réponses précises et instantanées à la moindre sollicitation des gaz et de la direction. Un appel à tous ceux pour qui la conduite est une passion, bien plus qu'une nécessité.

Dotée d'une carrosserie basse, extrêmement aérodynamique, qui s'étire jusqu'à enserrer les points d'attache, la GT86 repose sur une plateforme inédite. En lieu et place d'un moteur lourd et de grosse cylindrée, elle retourne aux sources sportives de Toyota en adoptant une configuration unique au monde : une propulsion arrière et, implanté à l'avant, un moteur essence à plat, à pistons horizontaux opposés, compact et prompt à monter en régime.

à ce groupe motopropulseur unique en son genre s'ajoutent une architecture quatre places d'une compacité record, un poids réduit, une faible inertie et un centre de gravité abaissé, afin d'optimiser le rapport poids/puissance. Autant d'atouts qui valent à la Toyota GT86 des performances vives mais accessibles, un comportement dynamique extrêmement plaisant et facilement exploitable — aux ingérences électroniques minimes — et, au final, un plaisir de conduite maximal.

Conçue pour procurer les sensations pures des voitures de sport classiques, la GT86 a été dessinée par une équipe d'ingénieurs passionnés, affûtée en compétition et soigneusement réglée pour combler les amateurs les plus exigeants. Héritière spirituelle des sportives Toyota d'hier, elle gratifie le pilote d'une expérience jubilatoire.

Le nombre 86

S'il rend hommage à la conduite grisante de la Corolla Levin AE86 et à son lien très particulier avec les propriétaires, passionnés et accessoiristes, le nombre 86 a joué un autre rôle non moins important dans le développement de la nouvelle sportive Toyota.

Il évoque en effet le rapport carré alésage-course de 86 mm x 86 mm du moteur à plat, une géométrie idéale qui reste fidèle à la longue tradition des moteurs sportifs de la marque. Le légendaire moteur 3M de la 2000GT et le moteur 1G-G de la Supra avaient tous deux adopté l'architecture six cylindres en ligne, avec un alésage x course carré de 75 mm. Quant au quatre cylindres en ligne de la Celica et de la MR, il affichait un rapport carré de 86 mm.

Et jusqu'au diamètre des sorties d'échappement chromées de la GT86, qui mesure exactement 86 mm...

Un gabarit taillé pour distiller la quintessence de la conduite sport

Sous une longueur de 4,240 m, une largeur de 1,775 m, une hauteur de 1,285 m seulement et un empattement de 2,570 m, la Toyota GT86 est la sportive quatre places la plus compacte au monde.

Grâce à de multiples mesures de gain de poids, la voiture ne pèse que 1.200 kg.

L'architecture du quatre cylindres à plat implanté à l'avant se conjugue à la hauteur d'assise conducteur la plus basse de toutes les voitures de série Toyota — 400 mm seulement —, pour donner un centre de gravité ultra-surbaissé de 460 mm.

Le moteur et le poste de conduite ont été descendus et reculés à l'extrême afin d'optimiser la répartition des masses : 53/47 % — la répartition idéale des masses statiques variant en fait suivant la puissance moteur : 51/49 % avant/arrière pour un véhicule d'environ 150 ch et, à châssis égal, 50/50 pour 300 ch.

Selon les calculs des ingénieurs Toyota, ce rapport de 53/47 en faveur de l'avant procure en conduite sportive la réponse idéale à la moindre sollicitation de la direction, des gaz et des freins. Ceci permet au conducteur de contrôler facilement le transfert des masses afin d'optimiser le comportement de la voiture.

Les réglages très étudiés des suspensions, des freins et de la direction permettent de tirer le meilleur parti du poids minime de la Toyota GT86, de sa quasi-absence d'inertie — digne d'une supercar — et de son centre de gravité surbaissé. Ainsi, le pilote peut exploiter pleinement et dans toute leur authenticité sa vivacité, son agilité et son assurance en virage.

Côté suspensions, les jambes MacPherson avant et les doubles triangles arrière sont conçus pour réagir instantanément à la demande du conducteur. à 23 N/mm, le tarage des ressorts avant est en fait plus souple que les

25 N/mm de son homologue Subaru. Cette caractéristique induit volontairement un léger roulis en entrée de virage, en créant une parfaite homogénéité entre le ressenti directionnel et la tenue de route affichée par cette plateforme à moteur avant et propulsion arrière.

Les puissants disques ventilés de grand diamètre qui équipent les roues avant et arrière offrent au pied un ressenti différent de toute autre Toyota. La réponse de la pédale favorisant un dosage précis du freinage, le conducteur peut alors contrôler la voiture en finesse en optimisant la progressivité du transfert des masses.

Hommage aux célèbres jantes Black Racing de l'AE86, les jantes alliage 17" de la GT86 arborent un motif exclusif au niveau du moyeu. Alors que le diamètre habituel du chapeau de roue est de 60 mm chez Toyota, il a été ramené ici à 49 mm — ce qui l'allège sans perte de rigidité, tout en faisant paraître les branches plus longues et les roues plus grandes.

Les ingénieurs Toyota ayant établi que le potentiel dynamique de la GT86 ne devait pas reposer sur des pneus hautes performances, elle est chaussée de pneus de 17" identiques à ceux de la Prius.

Grâce à leur comportement très neutre et prévisible, le conducteur est à même de tirer pleinement parti du potentiel du châssis et des suspensions. En outre, ce bon comportement de la voiture sur des pneus de Prius permettra aux clients qui passeront ensuite à des pneus hautes performances d'apprécier à leur juste valeur les performances de la voiture elle-même.

Tout premier moteur à pistons horizontaux opposés et technologie D-4S Toyota

Le moteur atmosphérique 2,0 litres essence de la GT86 résulte d'un développement mené conjointement par Subaru et Toyota, qui ont associé leur savoir-faire et leur passion commune des voitures de sport.

Au moteur quatre cylindres à plat de 1.998 cm3 à pistons opposés, mis au point tout récemment par Subaru, Toyota ajoute sa technologie D-4S. Basée sur deux injecteurs distincts, l'un direct, l'autre opérant dans le conduit d'admission, et un taux de compression élevé de 12,5 à 1, l'injection D-4S renforce la puissance et le couple sur une large plage de régimes moteur, sans sacrifier la consommation d'essence ni les performances environnementales.

Affichant un rapport alésage-course de 86 mm x 86 mm, ce nouveau moteur développe 200 ch à 7.000 tr/min et un couple maxi de 205 Nm à 6.600 tr/min, gage de performances vives et attrayantes. En retour, le nouveau coupé sport Toyota laisse augurer d'une consommation moyenne de 6,9 l/100 km, et d'un taux de CO2 d'environ 160 g/km.

Au choix, le boxer peut être accouplé à une boîte manuelle ou automatique, toutes deux à six vitesses. En version manuelle, la sélection est rapide et précise grâce au levier court, qui incite à l'action et se montre d'une prise en main agréable. Quant à la sélection auto, elle est gérée par des palettes au volant.

La puissance est transmise aux roues arrière par un différentiel à glissement limité, qui optimise la motricité et l'adhérence en toutes conditions de roulage. Enfin, le freinage d'urgence ABS et le contrôle de stabilité VSC débrayable sont spécialement réglés pour assurer la stabilité dynamique jusqu'aux limites des performances de la voiture, en minimisant l'ingérence de l'électronique pour préserver l'authenticité des sensations de conduite.

Un style évocateur mariant lignes emblématiques et beauté fonctionnelle

Placée sous le signe du concept stylistique "Néo-fonctionnalisme", la GT86 concilie les contraintes techniques imposées par la recherche de compacité, un centre de gravité très bas et un aérodynamisme issu de la F1, avec des lignes fluides évoquant l'héritage des modèles sport Toyota du passé.

Simples et affirmées mais déjà emblématiques, les lignes se fondent sur les deux thématiques du nouveau langage stylistique Toyota : l'avant Under Priority, qui met en valeur la calandre élargie, focalisant l'attention sur le bas de la voiture et lui donnant ainsi un air plus affirmé ; et Keen Look, expression qui traduit l'intensité et l'expressivité du style de la Toyota.

Ce nouveau design est en outre rehaussé par le profil "Scorpion" de la calandre inférieure, qui accentue encore la sportivité et l'agressivité de l'allure. La vocation sport s'exprime aussi dans la grille de calandre en T, les jantes alliage spécifiques de 17", le becquet arrière, les doubles sorties d'échappement et le logo "86" à pistons, apposé sur les ailes avant.

Ce dernier rappelle non seulement l'originalité du groupe motopropulseur à moteur boxer et propulsion, mais il représente aussi les pneus de la voiture en plein dérapage des quatre roues — allusion à l'équilibre parfait de la Toyota GT86 en situation extrême.

Le dessin de la voiture s'inspire d'un principe très particulier baptisé "Aero Sandwiching" : elle est poussée par l'air issu d'en haut, d'en bas et des flancs — littéralement prise en sandwich dans tous les axes —, ce qui la stabilise verticalement et horizontalement sans pénaliser le coefficient de pénétration dans l'air.

Le contour du toit pagode illustre bien la mise en œuvre de ce système, un traitement similaire s'appliquant également au dessous de caisse. De plus, des ailerons stabilisateurs dénommés "sakana" (ce qui signifie "poisson" en japonais) sont fixés sur les flancs et le soubassement de la GT86 pour augmenter encore sa stabilité latérale.

Un cockpit ergonomique, fonctionnel et dédié au conducteur

à bord, le cockpit totalement dédié au conducteur revisite la nature même de la conduite sportive : l'ergonomie et la fonctionnalité du moindre élément actionné par le conducteur ont été soigneusement repensées. Résultat : la Toyota GT86 se conduit comme si elle était un prolongement naturel du corps du pilote.

Par des essais sur le circuit du Nürburgring et en course, le siège conducteur a fait l'objet d'un minutieux travail d'ergonomie, afin qu'il reste confortable après de longues heures passées au volant.

Le dessin des dossiers et des assises vise à offrir un soutien optimal à l'accélération, qu'elle vienne de face, de dos ou des côtés. De plus, la forme des sièges avant est étudiée pour le confort bien sûr, mais aussi de façon à ne pas entraver le bras dans le maniement du levier de vitesses.

Le volant affiche un diamètre de 365 mm seulement — le plus petit jamais monté sur une Toyota — et son gainage en peau de daim a été élaboré à la suite de multiples retours d'expérience de pilotes d'essais. Il favorise la tenue de la direction en offrant une prise idéale.

Bâti autour de l'imposant compte-tours, le tableau de bord à trois cadrans témoigne du souci particulier apporté à leur position de lecture, aux graduations et aux caractères. Ils restent ainsi parfaitement lisibles d'un coup d'œil, même en conduite sportive. Au compte-tours, un témoin rouge s'allume à partir de 6.300 tr/min pour signaler au conducteur le régime optimal de montée des rapports.

La conception de l'habitacle a particulièrement veillé à dégager la visibilité du conducteur sur 360°.

Ainsi, les puissants passages de roue avant et arrière restent visible à travers le pare-brise et dans les rétroviseurs latéraux, afin d'aider le conducteur à positionner précisément la voiture. Et le 3ème feu stop arrière "flottant" rend la voiture plus visible de dos.

L'habitacle de la Toyota GT86 se distingue aussi par le premier rétroviseur central au monde dépourvu de cadre. Son design léger et épuré procure une meilleure rétrovision sans gêner la vue à travers le pare-brise.

La vocation sportive du poste de conduite est confirmée par la présence d'un bouton-poussoir de démarrage sur la console centrale, un habillage façon carbone, un ciel de pavillon entièrement noir, des surpiqûres de sellerie rouges, des interrupteurs à bascule type aviation, un pédalier en aluminium et un choix d'ambiances Noir ou Rouge et Noir.

Le fruit de 50 ans d'héritage des sportives à moteur avant et propulsion arrière

Toyota peut revendiquer 50 ans de création de sportives séduisantes dédiées au pilotage, à moteur avant et propulsion arrière, dont le succès auprès du public n'a eu d'égal que celui rencontré en compétition.

Aussi, le nouveau coupé GT86 synthétise le meilleur des trois modèles phares qui ont marqué cette riche histoire sportive : la Toyota Sports 800, la Toyota 2000GT et l'AE86.

Bien que ce lancement présente la GT86 comme la seule voiture au monde à moteur boxer avant, pistons horizontaux opposés et propulsion arrière, elle ne peut prétendre à la primeur de cette configuration. Cet honneur revient à la Sports 800 Toyota, un modèle à bicylindre à plat dont le développement a débuté en 1962.

Avec sa carrosserie compacte et sa consommation remarquablement basse, la Sports 800 s'est taillé de beaux succès en endurance. Le centre de gravité bas du moteur boxer et de la configuration moteur avant/propulsion arrière a été jugé idéal pour un modèle dédié au plaisir de pilotage. Voilà pourquoi la GT86 a adopté cette architecture classique, pour la première fois depuis la Sports 800.

Exposée pour la première fois au Salon de Tokyo 1965, la splendide 2000GT — un coupé à moteur six cylindres en ligne de 2,0 litres — a contribué à asseoir la notoriété internationale du constructeur en matière de sportives.

Aujourd'hui encore, son style garde toute son élégance et sa fraîcheur. Durant le développement de la Toyota GT86, une 2000GT était garée juste à côté de la maquette d'argile du coupé sport sur lequel travaillaient les designers. Sans recevoir d'instructions particulières, ils ont poursuivi leur travail en jetant de temps à autre un coup d'œil sur la 2000GT. C'est ainsi qu'ils ont insufflé son esprit à la GT86, sans pour autant l'imiter.

De l'AE86, la GT86 hérite non pas la mécanique ou les lignes, mais l'esprit. Ce n'était pas une super sportive et son tarif était très étudié grâce au moteur de grande série.

Durant toute sa période de production, de 1983 à 1987, ce modèle s'est imposé comme un choix incontournable en rallye et sur circuit grâce à son moteur avant, ses roues arrière motrices, ses dimensions compactes, sa légèreté, son impeccable équilibre et son rapport poids/puissance extrêmement favorable.

Digne héritière de ses illustres aînées, la Toyota GT86 est une machine d'une réelle légèreté qui semble faire corps avec le pilote. Elle restitue à merveille le plaisir jubilatoire que procurait la dernière Corolla Levin AE86 et, grâce à ses nombreuses pièces custom, partage le même objectif : être une voiture abordable qui évolue avec son propriétaire.